• Nouveau

Le Talon de Fer

Auteur: Jack London

Editeur: Editions du groupe ebooks libres et gratuits

ISBN:

0,00 MAD
TTC

Editions du groupe ebooks libres et gratuits

Le Talon de fer (titre original : The Iron Heel) est un roman de politique-fiction publié aux Etats-Unis en février 1908, la traduction française a été publié en 1923.

Le Talon de fer décrit une révolution socialiste qui serait arrivée entre 1914 et 1918 L’auteur relate le développement de la classe ouvrière nord-américaine et ses combats contre l'oligarchie capitaliste.

L’histoire se déroule dans un futur proche, mais elle rappelle inévitablement le capitalisme américain de la fin du XIXe siècle, un monde où l’économie est trustée par une poignée de grands industriels qui s’accaparent le marché dans tous les domaines, broyant et exploitant une main-d’œuvre ouvrière locale et étrangère.

Au-delà de la portée immédiate, Le Talon de fer vaut par ses anticipations, à tel point judicieuses que ce roman de politique-fiction semble échanger de mystérieux signes d’intelligence avec l’histoire réelle qui l’a suivi.

En plus de la bataille anticléricale qui est bien de son temps, London lance des assauts contre la grande presse soumise aux annonceurs publicitaires, contre l’université aux ordres, contre l’asile qui détourne la subversion en folie.

Gratuit

Quantité

Jack London

Jack London (1876-1916), de son vrai nom John Griffith Chaney, est considéré en tant que modèle d’écrivain engagé. Bête de somme en usine à quatorze ans, pilleurs d’huîtres dans la baie de San Francisco à quinze, trimardeur et taulard à dix-huit, jeune socialiste à Oakland à dix-neuf, chercheur d’or dans le Klondike à vingt et un, Kipling américain à vingt-quatre, connu comme auteur dans le monde entier, champion des causes sociales, journaliste et correspondant de guerre à vingt-huit, voyageur et aventurier sans frontières à trente et un, éleveur de bétail primé et propriétaire d’une ferme expérimentale à trente-cinq, légende du self-made-man millionnaire à sa mort, à quarante ans.

Sa sensibilité à la violence des rapports de forces s’exprimera par ailleurs dans son engagement journalistique, avec, en particulier, un reportage en immersion dans les bas-fonds de Londres, qu’il réalise en 1902 au risque de sa vie, qu’il décrit et photographie – une première dans l’histoire du journalisme d’investigation – dans le Peuple de l’abîme.

Son engagement révolutionnaire, depuis son adolescence, au contact de la violence de l’oppression et de l’exploitation capitaliste, jusqu’à sa mort, comme propagandiste ardent du socialisme et malgré certaines emprises idéologiques qu’il ne sut pas surmonter, fut toujours sincère. Il rejoint le Parti ouvrier socialiste d’Amérique en 1896.

Deux ans plus tôt, il participe à la grande marche des chômeurs, qui traverse d’ouest en est les États-Unis pour réclamer du gouvernement l’engagement d’une politique de grands travaux, un an après le déclenchement de la grande crise de 1893, qui a jeté un ouvrier américain sur quatre hors des usines. Il meurt à 40 ans, à peine, admiré de Lénine et de Trotski, ivre de vie, de mots, d’écriture, de passion. Il meurt comme son héros, son double, Martin Eden. Il meurt, puisque pour de bon, il a choisi d’être « un météore superbe plutôt qu’une planète endormie ».

Pour en savoir plus :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs/jack-london-14-la-force-vitale-de-jack-london / https://www.franceculture.fr/emissions/la-compagnie-des-auteurs / https://www.youtube.com/watch?v=-MwECRHtYOg

16 autres produits dans la même catégorie :